Musique

Total Jazz 2017

Yaron Herman Trio & Michel Portal

Sous la fraicheur acidulée de ses T-shirts graphiques et la dégaine anodine du trentenaire nourri de pop culture se cache l’un des esprits les mieux affûtés de la scène jazz actuelle.

Déjà auteur de plusieurs disques sur lesquels son piano jazz se frotte aux musiques de l’époque — pop, rock ou hip-hop — Yaron Herman pousse ses expériences mutantes vers de nouveaux confins dans Y, le tout nouvel album qui servira de trame à un concert-événement marqué par la présence d’un invité géant : Michel Portal !

Durée : 1h15

Distribution

Piano Yaron Herman
Basse électrique Bastien Burger
Batterie Ziv Ravitz
Clarinettes Michel Portal

Interview

Dans vos bagages pour Total Jazz, il y a un nouvel album sobrement intitulé Y. C’est l’une des premières fois que ce disque se joue sur scène. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

C’est un album qui pousse vraiment plus loin l’envie de mélanger les genres et d’explorer de nouvelles sonorités. Je l’ai enregistré avec les deux musiciens qui composent avec moi le trio, Ziv Ravitz et Bastien Burger, qui m’a aidé à le réaliser. On a essayé de brouiller au maximum les frontières entre musiques électronique et analogique, il y a vraiment beaucoup d’idées et de genres qui traversent ce disque.

Vous avez toujours revendiqué votre amour du hip-hop, vous reprenez aussi bien Björk que Britney Spears, et les musiciens qui vous accompagnent sont aussi à l’aise dans le jazz que sur scène avec -M- ou The Dø… Pensez-vous incarner la génération qui mettra fin au clivage entre jazz et pop ?

J’appartiens à une génération qui se nourrit de musiques très diverses, pour laquelle les barrières n’ont pas vraiment de sens. Pour moi, le jazz et la pop ne sont pas contradictoires, ce sont plutôt des opposés complémentaires. Mais de notre point de vue, nous ne sommes pas des révolutionnaires. Nous nous inscrivons au contraire dans la tradition. Les jazzmen se sont toujours inspirés de ce qu’ils entendaient, des musiques qui traversaient leur époque — brésilienne, latino, soul… L’idée d’évolution m’intéresse plus en tant que musicien que celle de révolution, parce que ce qui me préoccupe, c’est ce qui va durer.

Vous avez choisi d’inviter Michel Portal (Total Jazz 2013 - ndlr) à partager ce concert avec vous, un précurseur du décloisonnement musical connu pour sa fougue expérimentale. Est-ce une manière de rendre hommage à l’une de vos figures tutélaires ?

Oui, clairement, même si lui venait du classique et qu’on ne peut pas faire un parallèle direct entre nos démarches. Mais c’est quelqu’un qui est toujours resté ouvert, qui a montré que les barrières n’avaient pas de sens en musique. À La Réunion, ce sera je pense la sixième fois que nous allons jouer ensemble, et c’est toujours extraordinaire. Il nous entraîne toujours vers des endroits nouveaux. Il ne va pas aimer que je cite son âge, mais il a 82 ans et, sur scène, c’est toujours très impressionnant de voir la puissance qu’il dégage et sa créativité inépuisable.


Présentation et interview extraits du programme Total Jazz 2017

  • Magazine
  • À ce propos

Les loops prennent chair

Fauchés en pleine tournée, les world jazzmen ethniques touche-à-tout de Lo Griyo prennent le temps de leur malheur pour se (...) +++

Jazzer les couleurs !

Pour l’édition 2017, le Total Jazz continue à jouer les docteurs Frankenstein. À la différence du personnage de Shelley, ce sont (...) +++