Projection

Zétoile

On nomme plus souvent les Frères Lumières ou Georges Méliès pour évoquer la genèse du cinéma. Nous, on nomme plutôt AliceGuy qui fait son entrée dans le cinéma avec une action, « La féeaux choux » et qui devient la première femme réalisatrice enproductrice au monde en 1896.

Le festival ZétOIles a pour ambition de devenir un lieu de convergence des cinématographies féminines de l’Indianocéanie au travers de tous les lieux de projection à La Réunion. Notre priorité est de donner une plus grande ouverture, un regard sur les professionnelles du cinéma et leurs potentialités d’écriture, de mise en scène et de techniques cinématographiques. Promouvoir, faire connaître, faire découvrir des jeunes cinéastes des pays et peuples de l’Indianocéanie jusqu’au continent africain. ZétOIles privilégie des projections de films de réalisatrices issus des îles voisines et des pays africains qui sont étroitement liés à l’histoire de La Réunion. La première édition qui mise sur un lancement d’un Crowdfunding en ligne, verra le jour début octobre 2018. ZétOIles aura à cette occasion une marraine réalisatrice réunionnaise qui, par ses œuvres et son talent nous fera l’honneur d’ouvrir cette première édition.

La soirée cinéma du samedi 19 mai 2018 à la Cerise à Saint Paul est un tremplin vers le festival ZétOIles.

Programmation :

18h00 – 18h15 Edito – présentation festival « ZétOIles »


18h20 Lakana // Nantenaina et Eva LOVA, 13’, documentaire, Madagascar, 2017

Un voyage à la rencontre de Kenji et sa famille à Madagascar, le pays du raphia.


18h45 Allée Cocos // Elsa DAHMANI, 21’ 20 ‘’, Fiction Réunion, 2015

Léa, treize ans, vient de débarquer à La Réunion où elle a suivi à contre-cœur son père, militaire fraîchement muté. Étrangère à cette nouvelle vie, la jeune adolescente a bien du mal à s’intégrer. Sur le chemin du collège, elle longe un champ de cannes à sucre et s’arrête devant une étrange allée à l’abandon.


19h25 Longue vie aux morts // Maminihaina RAKOTONIRINA, 27’, documentaire, Madagascar, 2014, Coproductrice Eva LOVA

À Madagascar, les morts ont une place auprès des vivants. Marie, la naine, prend soin d’une sépulture royale qui lui a été confiée et accueille les visiteurs venus demander une faveur aux ancêtres... Marie plaide pour un respect du culte des ancêtres, souvent dénigré par le christianisme et la nouvelle génération.


20h00 Quand les douze touchent terre // Nathalie VINDEVOGEL, 16’, documentaire, Belgique – Réunion, 2017

La place Bien Aimée dans le quartier d’Ampasimazava, lieu où sont implantés douze banians importés d’Inde, procure une sensation d’émer¬veillement. Elle incarne et protège l’esprit d’une prophétesse appelé Vavitiana.


20h20 La leçon d’Anglais // Sophie ROBERT, 17’52, fiction, Île Maurice, 2012

Lakshmi et Ravin ne peuvent pas avoir d’enfants et ont le désir d’émigrer. Face aux difficultés qui surviennent, Lakshmi trouve la détermination de persévérer grâce à une amitié unique.


20h45 Loin des yeux // Marine HERVE, 6’40, Fiction/docu, La Réunion, 2017

Qu’est ce que l’amitié ? Est-elle un état des choses ? Résiste elle au temps, à la distance ? Ou est elle variable et dépendante de la situation ? C’est à ces questions que tente d’apporter des réponses ce court métrage, à mi chemin entre fiction et documentaire. Fruit défendu // Marine HERVE, 3’, Fiction, La Réunion, 2018 Parce que les légumes les plus insupportables ne sont pas forcément tes grands parents.


21h10 Transports scolaires // Nausicaa HENNEBELLE, 15’, fiction, La Réunion, 2011

Alterne une vision très documentaire de la jeunesse réunionnaise, et une vision plus poétique sur les éléments naturels et les représentations mentales de Rosemay.


21h25 Speed Dating // Beryl COUTAT, 11’ Fiction, La Réunion, 2013

Une jeune femme se rend à un speed dating très particulier pour rencontrer l’homme de sa vie.


21h45 Deux vérités mortes // Mathilde NERI, 4’, documentaire, Italie–Réunion, 2014

Une présence entre dans le champ, comme à mesurer la distance entre deux vérités : celle de la narratrice qui liste le nombre de victimes et celle des victimes réelles de la première Intifada (1987). Son regard soutient avec force le poids du conflit israélo-palestinien en question.