Musique / Maloya - Séga

Birthday Party !

Ziskakan : 40 ans

Galerie Médias

Le Bisik vous attend pour une soirée exceptionnelle avec Ziskakan dans une ambiance maloya exceptionnelle. Un concert unique dans le Nord et l’Est de l’île dans le cadre l’anniversaire d’une des figures emblématiques de la musique à La Réunion

Dédette Saint-Pierre, ex-choriste du groupe, assurera la première partie de la soirée avec sa formation groove maloya. Un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte !

Dans la sève rebelle du maloya, miroir de la bouillonnante culture créole réunionnaise, Gilbert Pounia, leader du groupe Ziskakan, a trouvé matière à nourrir son cœur. Groupe pionnier dès la fin des années 70, Ziskakan a fait du maloya son cheval de bataille et de la défense de la culture créole son credo.

Pour la première fois au Bisik et en toute intimité, Ziskakan célèbrera ses 40 ans de scène aux côtés de Daniel Riesser (guitares), Frédéric Riesser (Percussions ) et Wazis Pounia (Basse, percussions).

Groupe mythique de la Réunion entraîné par Gilbert Pounia, Ziskakan met en lumière la diversité de la Réunion avec son métissage culturel, ses textes combatifs, des rythmes maloya, rock, indiens ou africaines. Le groupe hisse son pavillon maloya avec la même fierté et célèbre son quarantième anniversaire cette année en passant par le Bisik. En effet Le groupe défend aujourd’hui encore la culture créole et le maloya en le partageant avec la jeunesse réunionnaise et dans le monde.

Dédette Saint-Pierre, qui a accompagné le groupe durant quatre ans, assurera la première partie de ce concert unique dans l’Est et le Nord de l’île et proposera son répertoire musical et ses créations originales dans un esprit groove et maloya.

L’ex-choriste de Ziskakan a elle aussi la volonté de partager le patrimoine musical de la Réunion. Sa formation, forte de l’expérience et de l’inspiration de l’artiste ainsi que du talent de ses musiciens, marie les rythmes réunionnais à de nombreuses influences soul, rhythm’blues, salsa... sans jamais s’éloigner du maloya, électrique ou pas mais à chaque fois plus éclectique...

  • Magazine
  • À ce propos