Reportage

Té l’ours

L’antre du panda

Membre fondateur et bras armé du Pandakroo à La Réunion, Ant. s’est fait connaître par ses affiches collées dans la rue un peu partout dans l’ouest, qui déclinent un motif unique et quasi obsessionnel : le panda. Visite dans le nouvel atelier d’un animal discret.

Intutile de raquer un billet pour Shangaï, c’est à St-Leu que vous aurez le plus de chances de croiser un panda ! Dans la rue Haute, chaque année depuis 2009 à l’occasion du Tempo, le Pandakroo s’allie avec une bande de gamins pour une grande séance de collage collective, toujours sur le même thème, motif récurrent de ce collectif d’artistes – le panda. Vous pourrez aussi en apercevoir sur des affiches posées un peu partout dans l’ouest, autocollés sur des voitures, ou dans diverses expositions qui rassemblent les artistes réunionnais associés, même malgré eux, à la mouvance street art : « On parle beaucoup des street artistes qui se retrouvent dans les galeries, mais nous c’est exactement l’inverse : on faisait des expositions avant de faire des affiches dans la rue. »

Ce « nous », c’est un noyau dur de quatre dessinateurs associés depuis 1999 au sein du Pandakroo, collectif né à Saint-Etienne autour d’un fanzine de BD avant de se consacrer finalement uniquement au dessin parce que « les scénarios, c’était pas notre fort ». Installé à La Réunion depuis 2008, seul membre du groupe à avoir quitté la Métropole pour de bon et déjà exposé dans tous les hot spots de la branchitude artistique insulaire, Ant. a désormais fermement ancré son crew, son goût du noir et blanc et ses pandas dans le paysage visuel local ; mais pas sa figure, qu’il préfère dissimuler derrière ses dessins.

Nous l’avons rencontré dans son nouvel atelier, quelque part dans les hauts de St-Leu, où il prépare en douceur sa prochaine expo, Da ink. Les nouvelles créations sont résolument tournées vers la nature : sculptures en bois, pots de fleurs, mobiles en bois flotté et cartons recyclés côtoieront la nouvelle série de dessins sur carton, bois, papier, planches de skate et grandes toiles encadrées. La sculpture en bois à la Steph Cop, panda naturel double-face, s’impose comme la mascotte du crew. Comme à chaque sortie du Pandakroo, les formats customisés seront de la fête, part ludique qui apporte un aspect participatif au vernissage. Rendez-vous le 27 novembre à Lokobe pour une soirée à l’ambiance familiale rythmée par les grooves d’un certain Karl Hungus.

Exposition Da ink du Pandakroo
À la boutique Lokobé – Village artisanal de l’Éperon
Vernissage le 27 novembre de 18h à 22h avec DJ set avec Karl Hungus

Galerie Médias